Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Collège / Approche par compétences / Le croquis en géographie

Le croquis en géographie

Par Jauffrey Vigne, Antony Coltel, 2011
 

Qu'est-ce qu'un croquis ?

 

Télécharger le diaporama d'accompagnement au format PDF

Télécharger la grille d'évaluation

 

A) Un objet majeur des programmes de collège (diapo 1-6)

 

Le croquis est mentionné dans l'ensemble des programmes du collège comme un élément à travailler et faire maîtriser aux élèves.
En classe de 6e :
La capacité doit être de : « Réaliser un croquis simple, pour représenter les paysages proches et/ou de l'organisation du territoire local. ».
Cette demande se retrouve dans toutes les parties du programme de 6e à l'exception de la partie II : Où sont les Hommes sur Terre?
En classe de 5e :
Si le terme de croquis n'est pas mentionné dans le programme, il est indispensable d'en poursuivre la réalisation dans le cadre de la continuité et de la progressivité des apprentissages. Les multiples études de cas menées tout au long de l'année doivent permettre leur réalisation régulière.
En classe de 4e :
Le croquis est mentionné dès la présentation générale du programme de géographie :
« Des études de paysages, de cartes et la réalisation de croquis donnent aux élèves une première approche de son impact sur les dynamiques territoriales. »

 

Les attentes sont précisées selon les thèmes abordés :
 
I - Des échanges à la dimension du monde
Thème 2. - Les échanges de marchandises
Capacités : Réaliser un croquis à l'échelle mondiale des pôles et des flux majeurs des échanges mondiaux.

 

II - Les territoires dans la mondialisation
Thème 1 : les États-Unis
Capacités : Réaliser un croquis rendant compte des grands traits de l'organisation du territoire des États-Unis

 

Thème 2 - Les puissances émergentes
Capacités : Réaliser un croquis rendant compte des grands traits de l'organisation du territoire du pays choisi

 

En classe de 3e
I - Habiter la France
Thème 2 - La région
Capacités : Réaliser un croquis de l'organisation du territoire régional

 

II - Aménagement et développement du territoire français
Thème 2 - L'organisation du territoire français
Capacités : Réaliser un croquis de l'organisation du territoire national

 

III - La France et l'Union Européenne
Thème 1 - L'Union Européenne, une union d'états
Capacités : Réaliser un croquis représentant les différents types d'espaces dans l'Union européenne

 

Si les études de cas à grande échelle peuvent donner lieu à la réalisation de nombreux schémas de paysages, les programmes de 4e et 3e invitent plus à orienter le travail en classe vers le croquis de synthèse, à l'échelle nationale et internationale

 

 

B) Une compétence à maîtriser (diapo 7-9)

 

Dès l'école primaire, les élèves travaillent le croquis. Le palier 2 du socle commun, validé en CM2, comporte déjà un item ayant trait au travail sur le croquis : « lire et utiliser différents langages : texte, carte, croquis, graphique ». Les élèves ne sont donc pas totalement novices dans le domaine à leur arrivée en 6e.

Pour le collège, la grille de référence pour l'évaluation et la validation des compétences du socle commun évoque à plusieurs reprises les termes de « croquis » et « schéma ».

 

Compétence 1 : la maitrise de la langue française
Items : Manifester par des moyens divers sa compréhension de textes variés
Indication pour l'évaluation : Faire construire une figure, un diagramme, un schéma... à partir des informations données par un texte. Faire illustrer un texte par l'iconographie, la musique, le schéma, la figure ... appropriés.)

 

Items : Formuler clairement un propos simple
Indication pour l'évaluation : Favoriser la transposition orale d'un langage codé (figure géométrique, schéma, croquis, image...)

 

Compétence 3 : les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

nombreuses mentions de lecture de schémas

 

Compétence 5 : la culture humaniste

Items : Lire et employer différents langages : textes - graphiques - cartes - images - musique
Indication pour l'évaluation : L'élève sait mobiliser les moyens utiles à la communication d'une information, d'un savoir, d'un point de vue. Il utilise les outils nécessaires à l'explication ou à l'argumentation (à l'écrit et à l'oral). Il sait :
- lire et interpréter les supports cartographiques et les langages graphiques les plus courants, réaliser un croquis avec légende, représenter graphiquement une idée ou un projet [...]
- compléter ou réaliser un schéma pour présenter une situation historique ou géographique.)

 

Le croquis n'est donc pas uniquement employé, évalué et travaillé par le professeur d'histoire- géographie.

 

 

C) Un objet « insaisissable » ? (Diapo 10-13)

 

Cartes, croquis, schéma, les termes sont souvent utilisés sans que l'on en connaisse précisément leur sens. Alors, quelles définitions et quelles différences y a-t-il entre ces réalisations cartographiques ?

La consultation de quelques dictionnaires de géographie renforce l'idée d'une définition parfois confuse à apporter à nos élèves. Certains dictionnaires n'ont pas d'entrée pour le mot « croquis ».

 

Dir. , Pierre George et Fernand Verger, Dictionnaire de la Géographie, PUF, Paris, 1970, 2e édition 2006.
Carte : représentation réduite d'un ensemble spatial.
Croquis : /
Schéma : / (seul le terme « schéma d'aménagement » est présent)

 

P. Baud, S. Bourgeat, C. Bras, Dictionnaire de géographie, Hatier, Paris, 2005)
La carte est un des instruments privilégiés du géographe : véritable outil de sa réflexion, elle peut aussi constituer l'aboutissement de ses recherches. L'utilisation des cartes a aujourd'hui dépassé, la seule fonction de repérage. Si toute carte résulte de choix plus ou moins conscients, elle repose toutefois sur une volonté de représenter le réel et donc sur la recherche de l'exactitude.
Croquis : /
Schéma, c'est à dire des représentations simplifiées du réel

 

Dir. , J. Lévy et M. Lussault, Dictionnaire de la Géographie et de l'espace des sociétés, Belin, Paris, 2003.
Carte : Représentation fondée sur un langage caractérisé par la construction d'une image analogique d'un espace. Toute carte comporte :
des outils d'identification de l'espace référent
Une ou plusieurs échelles cartographiques
Un principe de transposition analogique des localisations de cet espace vers la carte
Une ou plusieurs métriques
Un ou plusieurs « thèmes », c'est à dire une substance

Une sémiologie de représentation graphique (« légende ») des objets correspondant à ces thèmes et des relations entre ces objets.

Croquis : /
Schéma : / (seul le terme « schéma d'aménagement » est présent)

 

R. Brunet, R. Ferras, H. Théry, Les mots de la Géographie, dictionnaire critique, Reclus, 1992.
Carte : représentation de la Terre ou d'une portion de l'espace terrestre, quel qu'en soit le support matériel.
Croquis : /
Schéma : Représentation simplifiée qui est censée donner l'essentiel de la structure d'une distribution, d'une construction. [...] Le terme est cependant victime des connotations péjoratives du schématisme [...] Aussi lui préfère t'on souvent le terme modèle.

 

Albert André, L'expression graphique : cartes et diagrammes, Masson, Paris, 1980.
Croquis : de « croquis » prendre rapidement sur le vif en quelques coups de crayons. Noter brièvement l'essentiel » [...] Le dessin retient l'essentiel quitte à en déformer l'ensemble.

 

 

Yves Lacoste, De la Géopolitique aux paysages, dictionnaire de la Géographie, Armand Colin, Paris, 2003.
Carte : il s'agit de la représentation géographique par excellence. [...] Savoir lire et comprendre une carte n'est pas si facile [...] la difficulté tient au fait que sur les cartes qui représentent l'espace en deux dimensions, largeur/longueur, manque visuellement la 3e.
Croquis : Terme qui désigne dans le langage des peintres depuis le XVIIe siècle un dessin rapide, le plus souvent au crayon ou à la plume, représentant un personnage ou un paysage. Les géographes faisaient autrefois de nombreux croquis sur le terrain ; ils en font moins de nos jours car ils préfèrent la photographie. Mais celle-ci ne rend pas bien compte de la façon dont on voit un paysage et les grands lignes qu'on y a discernées.
Schéma : du grec skhema, forme, figure. Figure dessinée représentant de façon simplifiée et fonctionnelle les traits que l'on juge essentiel d'un objet, d'un itinéraire, d'un processus. [...] Le terme de schéma me paraît préférable à celui de modèle qui en raison de sa soi-disant perfection implique le sens de ce qui doit être imité pour rendre compte d'un très grand nombre de cas plus ou moins semblables ou de situations plus ou moins différentes. Le terme de schéma peut être celui d'un cas tout a fait particulier et ne prétend pas à l'exemplarité. Un schéma, en raison de sa simplicité annoncée et perfectible, permet de mieux comprendre une situation dont il importe d'examiner ensuite de façon plus précise les configurations des éléments et des ensembles qui la constituent.

 

La définition la plus précise et simple est peut être celle donnée par Gérard Dorel.
Gérard Dorel, professeur des universités en géographie, inspecteur général de l'Éducation nationale, dans « La carte », revue de l'IREGH, n° 4, 1997.
« La carte, sous ses différentes formes, permet de repérer les lieux et l'extension des phénomènes géographiques plus ou moins proportionnalisés ; c'est une construction intellectuelle avec un langage propre dont il faut connaître l'alphabet (les signes) et la grammaire (les règles de cartographie). » Limitée par un cadre, elle représente à l'aide de symboles la distribution d'un phénomène, souvent unique, sur un espace donné et répond à la question, où ? Le titre et les figurés conventionnels permettent une identification, une reconnaissance quasi-immédiate. C'est la carte thématique, présente en grand nombre dans nos manuels. Ces cartes sont pratiques et faciles à mémoriser.
« Le croquis, sans s'abstraire des lieux et donc à partir d'un fond de carte classique, suppose une démarche analytique qui impose de modéliser les informations, de les classer et de les hiérarchiser, de les mettre en relation dans une perspective dynamique. » C'est donc une construction intellectuelle qui répond à une problématique initiale posée par le concepteur. Il désire montrer, démontrer. Comme la carte, le croquis possède un titre, une échelle numérique et une légende organisée. On peut aussi parler de carte de synthèse. Cependant, le croquis a des aspects multiples. Il peut aussi rendre compte du paysage. Avec la mise en place des nouveaux programmes, il doit rendre compte de la notion Habiter. Dans les deux cas, le croquis n'est pas une finalité en soi. Il peut permettre de passer à un autre langage. Il doit être un dialogue avec l'écriture écrite et l'expression orale.
« Le schéma, à la fois plus simple dans sa réalisation graphique et plus ambitieux dans ses objectifs, relève d'une démarche interprétative qui permet de mettre en évidence la structure et la dynamique des espaces étudiés que l'on représente par des signes porteurs de sens géographique sur des supports volontairement simplifiés. » Comme la carte et le croquis, le schéma possède un titre et une légende organisée. Par contre, l'échelle numérique peut se révéler d'aucune utilité. En effet, le schéma peut s'abstraire du fond de carte voire être réduit à des formes géométriques simples. Il ne cherche pas à localiser, avec précision, des objets ou représenter, avec exactitude, des formes. Par contre, il demande une réflexion approfondie. Le schéma met en évidence des structures, des dynamiques majeures, des faits géographiques essentiels. Il permet éventuellement de présenter un modèle d'organisation de l'espace applicable et/ou comparable à d'autres espaces géographiques.

 

La difficulté de définir les termes de croquis et schéma est renforcée par le fait que leur définition peut varier selon les matières qui ont aussi recours à cet outil. C'est donc autant de sources de confusions pour l'élève mais aussi pour la validation des compétences. La communication entre ces collègues est donc indispensable.
 
En art Plastique :
Croquis : dessin rapide. Le croquis se distingue du schéma, du dessin élaboré, de l'esquisse, de l'épure, de l'ébauche. (CRDP de l'Académie de Grenoble)
 
En SVT :
Le croquis est différent d'un dessin car il ne représente pas toute l'observation réelle. Par l'exactitude de ses contours il traduit la réalité de l'observation mais ne s'intéresse pas au détail précis. Il a pour objectif d'indiquer les éléments caractéristiques de l'objet observé. Il est accompagné de légendes et d'un titre. L'échelle n'est pas indispensable alors que dans le dessin d'observation les proportions doivent être respectées.. (Académie Lille / Versailles)
Le schéma : représentation qui dégage les caractères structuraux essentiels de l'objet en simplifiant les contours de ces structures. Il est accompagné de légendes et d'un titre
 

 

Le croquis, de la 6e à la 3e

 

A) La progressivité des apprentissages (Diapo 14-18)

 

L'élève travaille le croquis de la 6e à la 3e. L'acquisition de cette capacité/compétence doit faire l'objet d'un apprentissage progressif. Cette progressivité est elle-même explicitée par le programme puisqu'en 6e, l'élève doit savoir réaliser un croquis simple alors qu'en 3e il doit être capable de réaliser un croquis rendant compte de l'organisation du territoire (véritable croquis ou carte de synthèse).

La progression proposée ci-dessous n'est qu'indicative. Elle varie selon le niveau des classes et des élèves que le professeur se voit confier.

 

6e - 5e

5e - 4e

4e - 3e

Réaliser un croquis simple :

- trouver seul un titre

- Compléter une légende dont la trame est donnée.

- Réaliser, avec l'aide du professeur un croquis ou schéma simple. Dessiner, schématiser l'espace avec des formes simples. Effectuer un zonage.

- Compléter une légende et choisir les figurés appropriés de façon guidée.

- Réaliser un travail soigné avec un matériel adapté

Comprendre et utiliser le croquis :

- Localiser

- Identifier le thème.

- Lire une légende et prélever des informations à partir de questions simples.

- Comprendre une légende, c'est-à-dire le rôle des différents figurés : figurés de surface, ponctuels, pour montrer des flux... mais aussi le rôle et la hiérarchie des couleurs.

Réaliser un croquis avec l'aide du professeur :

- Choix d'un titre rendant compte d'une problématique.

- Réaliser une légende simple : La problématique est proposée ainsi que les titres organisant sa légende. L'élève effectue seul le choix de ses figurés et les classe logiquement sous chaque titre. (ce travail est guidé par le professeur, surtout en 5e)

- Choix des couleurs

Comprendre et utiliser le croquis :

- Compléter un tableau à partir d'une carte ou d'un croquis.

- Rédiger un texte court à partir d'une carte ou d'un croquis.

- Croiser avec des cartes à différentes échelles.

- Comprendre l'organisation de la légende, faite par le professeur.

 

Réaliser un croquis en totalité

- Choix d'un titre adapté à la problématique

- Choix des éléments à faire figurer

- Organiser la légende pour répondre à une problématique.

- Choix des figurés et des couleurs.

 

Comprendre et utiliser le croquis :

- Réaliser un tableau à partir d'une carte ou d'un croquis.

- Rédiger un texte argumenté à partir d'un croquis.

- Utiliser les informations extraites d'un croquis ou d'une carte pour construire une description ou présenter l'organisation d'un espace.

 

 

L'exemple de la réalisation d'un schéma sur un quartier de Sao Paulo montre que les attentes sur le titre ne peut être le même en classe de 6e qu'en 4e. (Diapo 18) Il en est de même pour chaque élément constituant le schéma et croquis

 

B) Des outils au service du croquis (Diapo 19)

 

L'utilisation des TICE par le professeur et par les élèves peut s'avérer être un véritable atout pour la réalisation des schémas et croquis. Le TBI est un outil très utile avec sa fonction filtre qui permet de réaliser et visualiser un travail étape par étape et ainsi de comparer le travail des élèves. Le logiciel PowerPoint ou tout autre moyen de projection d'un paysage ou d'une carte peut permettre aux élèves d'identifier sur une vue aérienne un zonage comme un calque. Sur une diapositive, l'élève utilise l'outil feutre ou stylo pour identifier le zonage. Le travail est aussi possible dans un traitement de texte avec les outils « Dessin ».
 
Aujourd'hui, les ressources en ligne sont nombreuses et variées. Le SIG en ligne Ppige.nordpasdecalais.fr est un exemple intéressant. Il s'agit d'une  plate-forme publique de l'information géographique en région Nord Pas de Calais. Son intérêt essentiel est l'utilisation de la carte interactive qui permet de travailler sur n'importe quel territoire de la région. (Voir le tutoriel Utiliser Ppige.). Le logiciel Mesurim peut également être employé tout comme les indispensables Google Earth ou Google Maps.

 

 

III) Exemple de mise en œuvre en classe : Un croquis de géographie en 6e : Habiter la ville (Diapo 20-35)

 

Si le travail sur le croquis débute dès la première partie du programme de géographie, « mon espace proche : paysage et territoire » l'exemple ici développé concerne la partie III, « Habiter la ville ».

Le programme précise pour cette partie :

Connaissances :

Plus de la moitié de l'humanité vit en ville. Les paysages urbains et la vie en ville dépendent de multiples facteurs au nombre desquels la culture et l'histoire, le cadre naturel, les activités, la situation démographique et le niveau de développement.

Démarches :

Deux études de cas reposent de manière privilégiée sur l'étude de paysages : deux villes, choisies dans deux aires culturelles différentes. Ces études permettent de dégager des caractéristiques communes et des éléments de différenciation.

Capacités :
Situer les espaces étudiés sur différents planisphères thématiques.
Décrire les paysages étudiés et expliquer les transformations des espaces concernés.
Réaliser un croquis simple d'un paysage.

 

 

Les objectifs sont :
Réactiver les connaissances des élèves sur le croquis (déjà abordé en primaire ainsi que dans la partie précédente, « Mon espace proche »)
Poser et ancrer les éléments fondamentaux du croquis (titre, légende, soin, matériel...).
Mener un travail simple qui répond à une problématique simple en respectant le quota horaire, ici 15% du programme, soit 4 heures environ pour l'ensemble du thème.
Intégrer un maximum l'élève dans la réalisation du croquis et la maîtrise de cette compétence.
Montrer qu'un croquis est un outil et un langage qui permet de découvrir et comprendre la notion « Habiter »

 

 

 

Première Partie : 2h

Étude de la ville de Chicago (Le choix d'une ville des États-Unis permet de réaliser des zonages simples pour la construction d'un croquis : ici le CBD et sa banlieue.)

 

Problématique : Comment s'organise une grande ville comme Chicago ?

Un travail de description est tout d'abord engagé sur une vue aérienne de Chicago. C'est rapidement que 2 ensembles bien distincts sont mis en évidence : ils ne seront nommés que par la suite centre/CBD et banlieue. La ville de Chicago est localisée sur un planisphère et grâce à Google Earth, l'orientation de la photographie est retrouvée.
Les élèves disposent ensuite d'un corpus documentaire pour étudier ces 2 espaces différents mais attenants. Il est composé de 2 photographies, l'une du centre avec ses buildings, l'autre de la banlieue avec ses rangées de maisons individuelles. Chaque photographie est accompagnée d'un court texte explicatif. Un tableau à double entrée permet aux élèves de distinguer et caractériser rapidement les 2 espaces (taille des bâtiments, matériaux de construction, activités...) et d'aboutir à une définition de centre et de banlieue. La comparaison avec l'organisation de leur propre lieu de vie, développé dans la partie I « Mon espace proche » peut être aussi envisagé selon le temps restant.
 
Cette première partie s'achève par la construction d'un croquis (schéma) du paysage de Chicago présenté initialement. Un cadre est donné pour réaliser cet exercice et les élèves sont invités à réaliser ce travail dans un temps record de 3 minutes ! Le défi du temps est nécessaire pour montrer l'importance de ne pas tomber dans l'écueil de la représentation du détail (fenêtre des buildings, routes, jardins...). Un croquis simple est alors proposé en correction, reprenant le travail de différents élèves (le TBI permet un travail propre par superposition des filtres, ainsi que de comparer les idées des élèves, d'en retenir certaines et d'en écarter d'autres après discussions). Le zonage et la légende permettent d'éviter les détails (qui ont souvent pris une place importante dans les réalisations des élèves). Un zonage montre au premier plan la banlieue alors qu'au second plan se trouve le centre. Un titre est alors ajouté ainsi que l'indispensable légende construite avec les élèves. Les bases du croquis sont alors posées (la simplicité et la rapidité de réalisation ont même pu surprendre les élèves).

 

 

Deuxième partie : 2h

Étude de la ville de Bombay

 

Problématique : vit-on de la même manière dans toutes les villes ?

Le croquis est cette fois-ci le point de départ du cours. Celui réalisé sur Chicago l'heure précédente est projeté, mais sans titre ni légende. Les élèves doivent alors trouver les éléments manquants à ce croquis incomplet et les corriger : ils indiquent le titre (Chicago) et complètent la légende (Centre-Banlieue).

La correction s'effectue alors en projetant le paysage à l'origine de ce croquis. C'est une photographie de Bombay et non pas de Chicago comme attendu qui est alors donnée aux élèves. Ce paysage est similaire à celui de la ville américaine : un premier plan représentant une banlieue, mais ici, c'est un bidonville et un arrière-plan représentant le centre et ses buildings.

 

Les objectifs sont multiples :
Réactiver les connaissances des élèves sur les éléments fondamentaux d'un croquis (titre, légende...).
Montrer que sans titre ni légende appropriés, le croquis est faux.
Montrer que le croquis exprime une idée et répond à des questions et n'est pas qu'un simple jeu de coloriage
Montrer que Chicago et Bombay sont organisées sur un même principe : centre/périphérie mais que l' « Habiter » y est totalement différent.
 
Le travail se poursuit par une analyse du croquis de ce que les élèves savent maintenant être Bombay. Ils élaborent un court texte sur les problèmes rencontrés dans le bidonville.
 
 

 

En classe de 4e : l'exemple du Brésil, puissance émergente (Diapo 36-42)

 

Les attentes du programme :
Partie II - Les territoires dans la mondialisation
Thème 2 - Les puissances émergentes
Capacités : Réaliser un croquis rendant compte des grands traits de l'organisation du territoire du pays choisi
 
C'est la dernière fois dans le programme de 4e que la réalisation d'un croquis est mentionnée dans les capacités à travailler avec les élèves (ce qui n'empêche nullement d'en réaliser dans la partie suivante sur les pays pauvres). Attention le Brésil est un pays qui peut déjà avoir été évoqué avec les élèves de 6e, dans le cadre du chapitre « habiter la ville », mais aussi de 5e sur la pauvreté dans le monde. L'exemple de Sao Paulo reste un classique des manuels.
 
Ici, les cartes sont croisées à différents niveaux d'échelles permettant de percevoir le caractère émergent du Brésil. Ces cartes aboutissent à la réalisation d'un croquis de synthèse, beaucoup plus ambitieux dans sa réalisation que ce qui a pu être travaillé avec les classes de 6e et 5e. La légende doit commencer à être organisée et les titres plus travaillés et problématisés. L'autonomie de l'élève est à augmenter, surtout sur le choix des figurés et des couleurs, éléments qui doivent être déjà bien acquis grâce au travail dans les classes précédentes. La réalisation dans le même temps d'un schéma d'un quartier de Sao Paulo peut permettre aux élèves de bien appréhender les différences et point commun entre le schéma et le croquis.

 

 

Évaluation, auto-évaluation (Diapo 43-45)

 

Le croquis doit faire l'objet d'évaluation par le professeur mais aussi d'une auto-évaluation par les élèves. Une grille de correction peut être réalisée en collaboration avec les élèves, pour qu'ils s'approprient les différents critères de l'évaluation et de la maîtrise de la compétence.

 

Exemple d'une grille d'évaluation du croquis de géographie en classe de sixième.

 

 

Les éléments du croquis

 

 

Critère de correction

 

Remarques - Appréciations

 

Note

 

Le titre du croquis

 

Le titre reprend le sujet traité par la légende et le dessin.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La légende

 

La légende correspond aux figurés du dessin.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le choix des figurés est pertinent.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La cartographie

 

Les choix cartographiques sont efficaces.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les localisations sont exactes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Qualités esthétiques, propreté.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bilan global

 

 

 

Les attentes varient selon le niveau de la classe et évoluent dans le cadre de la progressivité des apprentissages fixée par le professeur.

 

 

 

Exemple d'une grille d'évaluation du croquis de géographie en classe de troisième.

 

 

Les éléments du croquis

 

 

Critère de correction

 

Remarques - Appréciations

 

Note

Le titre

 

Le titre reprend le sujet et évoque une problématique

 

 

 

La légende

 

 

La légende est organisée par des titres.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le message proposé répond à la problématique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chaque rubrique est suffisamment détaillée et correctement organisée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le choix des figurés est pertinent.

 

 

 

 

La cartographie

 

Les choix cartographiques sont efficaces.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les localisations sont exactes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Qualités esthétiques, propreté.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bilan global

 

 

 

 

Cette réflexion reprend des éléments du travail mené par le groupe collège (Véronique Dhenin, Sabine Pietzak, Catherine Plessis, Albert Bonvarlet, Stéphane Gomanne et Sébastien Turpin) sur le même sujet et accessible sur le site académique d'Histoire-Géographie.

 

 

Liens concernant le socle

Vade-mecum des capacités en HGEC

Tag Cloud

WP Cumulus Flash tag cloud by Roy Tanck requires Flash Player 9 or better.

« Août 2014 »
Août
DiLuMaMeJeVeSa
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31